Pour ce premier contact, je me présente :

Je suis formateur, responsable de filière,  en Maison Familiale Rurale.  Mais qu’est ce que cela veut dire concrètement?

Tout d’abord, Je dépends du ministère de l’agriculture et enseigne dans un établissement proposant des formations par alternance sur une base de 15 jours d’école suivis de 15 jours de stage.  Un contrat avec le ministère de l’agriculture nous finance à l’élève. Cela permet de ne pas avoir à fermer de classe lorsque les effectifs sont trop faibles. Et heureusement d’ailleurs puisque par contre, nous sommes limité par le nombre maximum de contrats financés. Par exemple, chez nous c’est 165 maximum. Ce qui est insuffisant pour permettre à l’établissement d’être viable économiquement. Je suis de droit privé : cela m’amène donc à être présent sur l’établissement 39h par semaine pour un total de 1599h par an (soit 41 semaines). Cela ne s’arrête pas là, en effet, un formateur dispense plusieurs enseignements. Pour ma part, j’enseigne les mathématiques, la physique chimie et l’informatique aux élèves de 4ème. La physique chimie et l’informatique aux élèves de 3ème. L’informatique aux 6 classes de BAC Pro SAPAT et aux 3 classes de BAC Pro Commerce. Je continue avec l’informatique commerciale des 2 classes de BTS MUC et 2 classes de BTS NRC. A cela s’ajoute la formation à une classe de BPJEPS et la formation de groupes de stagiaires de formation continue en informatique (PCIE). J’ai aussi la responsabilité (partagée) du suivi des stages des élèves de 4ème et de 3ème (c’est à dire d’aller voir chaque élève en stage dans un rayon de 150km) ainsi que la responsabilité de la filière 4ème/3ème. Cela consiste chez nous à gérer tout l’aspect administratif de ces élèves (inscription au DNB, Orientation, discipline…) ainsi que les relations avec les familles. Autre particularité, chaque formateur doit faire une vingtaine de veillées et une dizaine de matinées par an. Cela consiste à rester dans l’établissement après les heures de cours jusqu’à 21h ou d’arriver plus tôt à 7h30. En effet, la pédagogie de cette maison familiale est très tournée vers le suivi des jeunes. Par ailleurs, cela permet aussi aux formateurs de « financer » les vacances scolaires pour ne pas rester « inactifs » sans élève.

Vous vous dites sûrement : houlà, tout ça! Effectivement, nous n’avons pas le temps de nous ennuyer. La politique actuelle, dans la MFR où j’enseigne, est de placer les formateurs en face des élèves environ 640 heures par an. Soit environ 18h de face à face par semaine. Ce qui tend à dire que nous nous rapprochons de nos amis du général. Cela laisse donc 725 heures pour tout le reste (visites de stage comprises). Il y a quelques années c’était différent. En effet, nous étions quelques peu avantagés et ne faisions qu’environ 500 heures de face à face par an. Mais la crise est passée par là et on ne parle plus de qualité, de jeunes au cœur de la formation mais plutôt de masse salariale, et de rentabilité.

C’est un métier passionnant avec des missions variées mais qui demande une énergie énorme.

Publicités